Écrire un article ne s’improvise pas. Certes, tu dois posséder une certaine aisance et le goût de l’écriture (ce qui n’est pas donné à tout le monde). Tu n’es pas dans ce cas ? Arrête tout, tu vas souffrir ! Je te conseille la réalisation de vidéos ou de podcasts.

Mais si tu sens que ton truc c’est le blogging, alors lance-toi. Mais pas sans avoir pris connaissance de cet article dans lequel je te dévoile ce qui, selon moi, permet de créer un article qui performe !

Définis ta ligne éditoriale

Une ligne éditoriale est un ensemble de règles que tu devras suivre pour toute création de contenu. Il s’agit du fil rouge qui va te permettre, sur le long terme, de proposer des articles en cohérence les uns avec les autres. Cela s’applique pour tes articles bien entendu, mais également pour tes publications sur les réseaux sociaux, les e-mails à ton audience, etc.

Et les bénéfices vont bien au-delà : en respectant une ligne éditoriale, tu vas bâtir une identité forte et une image qui vont te différencier de tes concurrents.

Ta cible

Pourquoi, et surtout pour qui vas-tu produire du contenu ? Passer du temps sur cette première étape est primordial afin d’employer le bon ton dans tes articles. Voici quelques critères qui vont te permettre d’identifier ta cible :

  • Le sexe ;
  • La tranche d’âge ;
  • La catégorie socio-professionnelle ;
  • Le niveau d’étude ;
  • Les centres d’intérêt ;
  • Le lieu d’habitation ;
  • Les moyens de communication…

Ton message

Quel est le message principal que tu souhaites faire passer à ton lectorat ? Le but d’un article (comme de tout contenu d’ailleurs), est  d’apporter un maximum de valeur à ton audience en y mettant le petit truc en plus qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Ainsi, tu vas pouvoir te différencier de ce qui existe déjà en apportant ta propre vision.

Non, tu ne vas pas plaire à tout le monde. Mais essayer de plaire à tout le monde, c’est prendre le risque de ne plaire à personne !

Ton calendrier éditorial

Le calendrier éditorial va te permettre de programmer à l’avance la création ainsi que la publication de tes articles. Je pense qu’il est vraiment très important de ne pas faire l’impasse sur ce point.

Tout d’abord, parce que le fait de définir une deadline va t’inciter à ne jamais prendre de retard dans la création et la publication de ton contenu. J’en ai déjà parlé, notamment dans l’article : 11 astuces pour arrêter de procrastiner.

Ensuite, parce que cela va te permettre de publier ton contenu de manière cohérente. Par exemple, tu vas pouvoir alterner de manière harmonieuse le type d’article à rédiger.

Tu retrouveras plus bas quelques idées de formats d’articles qui marchent bien.

Outre la publication sur ton blog, pense aussi à programmer le partage sur les réseaux sociaux.

article

La structure d’un bon article

Construis des parties courtes avec des intertitres

1 partie = 1 idée. Construis d’abord ton plan en listant toutes les grandes idées que tu souhaites développer.

Pour chaque partie, crée des sous-parties qui vont te permettre de développer tes idées de manière structurée.

Tu peux à présent commencer l’écriture de ton article !

Concernant les titres et intertitres, il est important pour ton référencement de respecter les bonnes pratiques dans ton éditeur.

Ce qu’il ne faut pas faire :

Modifier manuellement le format (police, taille, etc.) de chaque titre.

Ce qu’il faut faire :

Utiliser les balises de titres proposées par ton éditeur.

  • H1 ou Titre 1 est le format utilisé pour le « grand titre », celui de ton article ;
  • H2 ou Titre 2 est à utiliser pour les parties de premier niveau (les grandes idées) ;
  • H3 ou Titre 3 est le format destiné aux sous-titres ;
  • Et tu peux encore ajouter d’autres niveaux avec H4, H5… Attention toutefois à ne pas aller trop loin dans les sous-niveaux, au risque de devenir illisible.

Plus c’est long, plus c’est bon

Pour moi, un bon article doit compter au moins 500 mots afin d’apporter une réelle valeur ajoutée. Pour les articles développant les idées les plus importantes de ton blog, je te conseille un minimum de 1500 mots.

Insère des visuels attrayants

Personnellement, j’en insère un par grande partie. On peut en utiliser plus bien entendu, si la partie en question est d’une longueur importante, ou s’il s’agit d’un article tutoriel illustré.

Pense également à définir une miniature sympa pour ton article. Il s’agit du visuel que le lecteur verra en premier sur la page d’accueil de tes articles.

N’oublie pas le call to action

On est d’accord, apporter de la valeur est le point primordial à respecter. Mais il ne faut pas perdre de vue que bâtir ta liste mail est vital pour développer ton business.

Pense donc toujours à insérer des appels à l’action au sein de tes articles. Tu peux inviter le lecteur à télécharger un cadeau gratuit en échange de ses coordonnées ou à découvrir tes produits payants si tu en as déjà.

Tu peux aussi l’inviter à partager l’article, à te suivre sur les réseaux sociaux, etc.

Rédige un chapeau

Je ne parle pas de couvre-chef. Le chapeau (ou chapô) est en quelque sorte l’introduction de ton article. Il doit être court et percutant, résumant les idées qui vont être développées dans ton article. En quelques secondes, il doit donner envie au lecteur de prendre connaissance de son contenu.

Comme tu peux le voir, je place cette étape après l’écriture de l’article. Sa rédaction sera ainsi bien plus aisée, puisque tu sais à présent quelles grandes idées tu as développées dans ton article.

Trouve un titre accrocheur

La dernière étape, celle que j’effectue à la toute fin ! Tout comme le chapeau, je trouve qu’il est bien plus facile de réfléchir au titre en dernier afin que celui-ci colle parfaitement au contenu que tu as créé.

article, rédaction

Écris tes articles pour être lu

Ben oui, c’est évident me diras-tu. Et pourtant pas si simple à mettre en application !

Ton article peut contenir les meilleures idées ainsi que les informations les plus pertinentes, si le lecteur s’ennuie dès les premières lignes, il n’ira pas plus loin.

L’empathie

Mets-toi à la place de ton lecteur. Quel problème a-t’il besoin de résoudre ? Sous quel(s) format(s) peux-tu lui apporter la meilleure aide possible ?

N’oublie pas que la plupart des gens qui vont te suivre seront des débutants. Essaie de te rappeler de tes propres recherches lorsque toi-même tu débutais dans ta thématique.

Le storytelling

Ce qui va faire la différence entre toi et tes concurrents va être en grande partie l’émotion que tu vas faire passer dans tes contenus. Le storytelling est en l’occurrence un excellent moyen de créer du lien entre toi et ton audience.

Il s’agit de partir d’histoires que tu as vécues, de problèmes que tu as toi-même rencontrés et d’expliquer comment tu les as résolus. Ainsi, les personnes qui sont dans la même situation que toi auront une solution à mettre en place pour résoudre ce problème également.

C’est un levier très puissant car il va permettre à ton audience de s’identifier à toi et leur donner envie de te suivre toi plutôt qu’un autre.

Voir cette interview de Bibi : [ITW #19 – Alexandre Roth] Pourquoi le Branding Relationnel est la clé de votre succès sur Internet ?

Donne ton point de vue

Je le disais un peu plus haut. Les gens ne cherchent pas des articles type « encyclopédie ». Ils souhaitent bénéficier de ton expertise et de ton savoir-faire.

Bien entendu, tu peux partir de faits scientifiques ou de chiffres-clé. Mais tu dois toujours apporter de la valeur ajoutée et si besoin, vulgariser le contenu afin qu’il soit accessible même à des débutants.

Publie du contenu intemporel

Les articles que tu vas publier doivent continuer à apporter de la valeur dans 5, 10 ou 15 ans. Évite au maximum de t’appuyer sur l’actualité pour créer ton contenu.

Il est possible éventuellement de le faire de temps en temps, ce qui te permettra de faire le buzz.

Ainsi, les articles intemporels vont améliorer ton référencement et t’apporter une stabilité ; et les articles d’actualités vont t’apporter des pics d’audience. À toi de trouver le juste équilibre !

Quelques exemples de formats d’articles qui marchent bien

Voici quelques formats d’articles que tu peux utiliser pour varier ton contenu :

  • Les tutos : pour aider ton audience à réaliser une recette, ou encore apprendre un logiciel…
  • Les articles polémiques : des articles dans lesquels tu vas choisir une idée largement reconnue par le plus grand nombre et expliquer pourquoi tu n’es pas d’accord. Exemple : pourquoi et comment tu conseilles aux femmes de porter des collants de couleur chair alors que Cristina Cordula les trouve « mémérisants ».
  • Les listes : tu en trouveras quelques exemples sur ce blog. Par exemple : 11 étapes pour construire ton business en ligne.
  • Les articles « inspiration » : parler de sujets qui t’animent profondément en veillant toujours à faire un lien avec ce qui intéresse ton audience.

article, structure

Booste le référencement de tes articles avec Yoast SEO

Je te rassure, nul besoin d’être un expert en SEO pour optimiser tes articles ! Il existe un outil gratuit qui va te permettre de faire cela tout seul, comme un grand. Il s’agit du plugin WordPress Yoast SEO. À l’aide de signaux en forme de feux tricolores (rouge, orange et vert), le plugin va t’indiquer si ton article respecte les critères définis pour optimiser ton référencement.

Je ne peux pas te faire un tutoriel complet ici, car cet article serait interminable ! Voici toutefois quelques exemples de ce que Yoast SEO peut faire pour toi.

L’édition des métadonnées

Les métadonnées permettent de modifier l’apparence des résultats qui s’affichent dans les moteurs de recherche. Il est possible de mettre un titre différent de celui que tu as défini pour ton article. Cela peut être souhaitable par exemple si ce dernier est un peu long. Grâce à un curseur, l’outil t’indique, au fur et à mesure de la saisie, la taille idéale de ton titre.

Il est aussi possible de personnaliser la méta description. Il s’agit du court paragraphe qui apparaît sous le titre de l’article dans les résultats de recherche. Comme pour le titre, il y a un curseur qui te permettra de ne pas dépasser la taille souhaitée en termes de nombre de mots.

Enfin, tu peux modifier le slug ; il s’agit en quelque sorte de l’identifiant de ton article, que l’on retrouve dans le permalien, après le nom de domaine de ton blog. Par défaut, WordPress définit le titre de ton article comme slug, en supprimant les accents et la ponctuation. Avec Yoast SEO, tu peux modifier  ce slug. Plus il sera court, mieux ça sera. Garde seulement les mots-clés.

Voici un exemple avec mon article 9 astuces pour être plus productif (et gagner plus) :

 

yoast seo

L’analyse de la lisibilité

Pour passer le test de lisibilité haut la main, ton article doit respecter certains critères dont :

  • Des phrases plutôt courtes ;
  • Des paragraphes également assez courts ;
  • L’emploi de mots de transition…

L’analyse du SEO

L’analyse du SEO va te permettre d’optimiser ton référencement en respectant là aussi certains critères :

  • L’insertion de liens internes et externes ;
  • Une répétition suffisante du principal mot-clé de ton article ;
  • La définition de textes alternatifs pour tes images…

Écris quelques articles Cornerstone

Les articles Cornerstone sont les articles les plus importants de ton blog, ceux qui véhiculent le mieux les idées que tu souhaites faire passer. Il s’agit de tes articles pilier, ceux dont tu es le plus fier.

Pour optimiser encore mieux ces articles, tu vas pouvoir activer la zone « contenu Cornerstone ».

Les critères à améliorer seront les mêmes que pour du contenu classique mais en plus strict. Par exemple, Yoast considère qu’un article Cornerstone doit être plus long, avec plus de mots-clés, des images avec des textes alternatifs de plus haute qualité, etc.

cornerstoneOptimise la publication de ton article pour les réseaux sociaux

Si tu partages tes articles sur les réseaux sociaux (et je te conseille vivement de le faire), tu vas pouvoir personnaliser la manière dont ils y apparaissent. Cette option pour l’instant, n’existe que pour Facebook et Twitter.

Par défaut, l’article sera partagé avec le méta titre et la méta description que tu as définis. Tu peux cependant en définir d’autres, ainsi qu’une autre image, dont la taille recommandée est de 1200 par 630 pixels.

Tous les voyants doivent-ils être au vert ?

À mon avis non, en particulier si tu utilises la version gratuite de Yoast SEO. En effet, tu ne peux définir qu’un seul mot-clé pour l’analyse SEO. L’outil ne va donc baser ses recherches que sur ce seul mot-clé, sans prendre en compte les termes ayant la même racine, ou le même champ lexical.

Imaginons que tu as défini « procrastiner » comme mot-clé. Yoast ne prendra donc pas en compte les termes suivants : « procrastiné », « procrastinant », « procrastination »…

C’est donc là la limite de l’outil en version gratuite. En version payante, tu as toutefois la possibilité de définir des variantes et des synonymes. À toi de voir si tu en as le besoin ou pas. Pour ma part, je me contente de vérifier par moi-même que j’ai employé suffisamment de mots-clés en rapport avec le thème de mon article.

En résumé, il s’agit d’un excellent outil pour nous guider dans l’optimisation de notre contenu. Cependant, il ne faut pas chercher à obtenir du vert partout, au risque de créer des lourdeurs et des redondances.

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à me laisser un commentaire et à le partager.

Et surtout n’oublie pas : c’est TOI qui décides ! À la prochaine,

Alexandre

Catégories : Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conférence vidéo OFFERTE: Comment doubler ton business en 3 mois ?